Empress Ki

empress_ki_728088

Empress Ki

Titre alternatif : Ki Hwanghoo

Année : 2014

Genres : Historique – Drame – Romance – Action

Nombre d’épisodes : 51 (60 min)


Acteurs principaux :

Ha Ji Won ► Ki Seung Nyang

Ji Chang Wook ► L’Empereur de Yuan

Ju Jin Mo ► Wang Yoo


Scénario :

Empress Ki dépeint les romances et batailles menées par une femme de Goryeo qui sera amenée à devenir une puissante Impératrice de l’Empire de Yuan.


20/20

Comment ça c’est déjà fini ?

Je rêve ou je me suis enchainé 51h de visionnage en moins de deux semaines ?

Et bien non, Empress Ki aura eu raison de moi. J’avais même publié une news visionnage un peu plus tôt tellement j’avais hâte de le regarder. J’en attendais tellement que j’avais aussi peur d’être déçue, ce qui n’a finalement pas été le cas (loiiiiin de là). Ce drama a quand même battu tous les records d’audience en 2014 et se fait d’ores et déjà qualifier de « MEILLEUR drama historique de l’année ».

f963feedab64034f5bb2ed85adc379310b551d49_zpsgmsxynie
Badaaaaaaaaaass !!


~

Le fond et la forme

Empress Ki se découpe en 4 parties :

  1. Seung Nyang est chef d’un groupe de rebelles.
  2. Seung Nyang est soldat de Goryeo.
  3. Seung Nyang est servante au palais de Yuan.
  4. Seung Nyang est épouse de l’Empereur.

Bien que les quatre parties soient riches et on ne peut plus passionnantes, ce sont clairement les deux premières qui m’ont le plus plu. J’ai en effet adoré que Seung Nyang se fasse passer pour un garçon, soit respectée, excelle au tir et à l’arc et botte le cul des mecs ! Empress Ki Avec tout ça, l’addiction au drama a été immédiate et Ha Ji Won est devenue mon idole ^^.

Outre le talent de notre actrice principale, Empress Ki regorge de points forts.

Tout d’abord, le rythme. Ce n’est pas facile de donner vie à 51 épisodes et pourtant ils ont tenu le pari ! Chaque épisode était bien organisé de manière à ce que l’on ne s’ennuie jamais. Par exemple, lors des moments plus calmes (ex : vie au palais), l’épisode montrait en parallèle un autre héros en pleine action (ex : sur le champ de bataille), du coup l’action était omniprésente. Grâce au rythme, Empress Ki ne m’a jamais semblé trop long et j’ai pu enchainer les épisodes comme des petits pains.

Ensuite, le scénario. En général je devine la fin avant le début, et comprends où ils veulent en venir avant même que ça n’ait commencé – pas parce que je déborde d’intelligence mais plutôt parce que c’est gros comme une maison – mais j’ai ici été continuellement surprise. Je crois qu’il n’y a pas un seul épisode sans rebondissement. L’histoire est juste dingue et brillamment menée, cohérente et harmonieuse du début à la fin. Et là, je n’inclus pas tous les passages qui ont fait battre mon cœur à 200 à l’heure…

Empress Ki nous en met aussi plein les yeux. Que ce soit les paysages – magnifiques – ou la façon dont le côté historique a été recréé – palais, village, etc. –, on ne sait plus où donner de la tête. C’est beau et digne d’un grand film, on sent qu’ils y ont mis les moyens. Les costumes sont également superbes et évoluent au fil des saisons et des évènements. Que dire de l’armure faite d’or de l’Empereur, des robes – merveilleuses – portées par les courtisanes et les dames de la cour, des vêtements « normaux » mais on ne peut plus classes qu’ils portent quotidiennement, si ce n’est que c’est un travail d’orfèvre quasi parfait.

Enfin, et c’est le plus important, l’écriture des personnages est splendide. Ils sont TOUS contrastés et plus étonnants les uns que les autres. J’ai souvent haï puis aimé les protagonistes – ou l’inverse -, sans jamais réellement savoir sur quel pied danser. Ils sont ambigus, imparfaits, indécis, ce qui les rend si réalistes, énigmatiques et passionnants. Il y a plus d’une centaine de personnages et j’aimerais m’étaler sur chacun d’eux ! Empress Ki a réussi le pari de faire vivre autant de caractères différents dans un même drama, leur laissant à tous le temps d’écran nécessaire pour se développer sans capturer toute l’attention.

 

~

Les personnages

Je commence avec Seung Nyang, notre héroïne… Et quelle héroïne !  Moi qui aime les filles avec du caractère, j’ai été plus que servie. Déterminée, belle – et pourtant crédible en homme –, c’est une femme qui en jette de par son attitude, ses fringues, sa voix un peu masculine – oh combien reposante et charismatique ♥ – et ses actions. En deux adjectifs, elle est badass et impose le respect. Qu’elle soit chef des rebelles, soldat, espionne, servante, épouse ou encore Impératrice, Seung Nyang arrive toujours à déborder de charisme et de prestance. On la voit vraiment changer au fil des évènements. Jamais radicalement, mais on sent que le temps passe à travers les épisodes. Elle n’a jamais cessé de m’étonner, c’est pour moi l’une des plus belles réussites de la sphère drama. Je salue encore la merveilleuse interprétation de Ha Ji Won (The King 2 Hearts, Secret Garden, Hwang Jin Yi) qui rejoint de ce pas le top 3 de mes actrices favorites.

Vient ensuite l’Empereur, brillamment interprété par Ji Chang Wook. Clairement, ce héros nous en fait voir de toutes les couleurs. Chochotte, charismatique, souriant, froid, drôle, alcoolique, fou, déprimé, amoureux, lâche, perdu, capricieux, enfantin : il jongle entre tous les états et c’est surement celui qui évolue le plus. Hésitant et instable, il est à la fois décevant dans ses choix, étonnant en Empereur charismatique et émouvant en homme amoureux. C’est un personnage très entier, limite anti-héros, que j’ai adoré suivre. Et puis Ji Chang Wook, quel beau-gosse ♥.

En parallèle il y a Wang Yoo, le Roi de Goryeo, joué par Ju Jin Mo. Lui, il est classe du début à la fin, constant dans son attitude et ses valeurs, admirable au possible. Je suis très vite tombée sous son charme et ai pris un malin plaisir à le suivre tout au long du drama. Il n’est pas parfait mais ses décisions sont vraiment respectables. Là encore, ce n’est pas un second lead classique. Tout comme l’héroïne, on est constamment tiraillé entre l’Empereur et le Roi… et il y a de quoi, Wang Yoo est un adversaire redoutable…

* * *

Comme je le disais précédemment, le drama ne tourne pas qu’avec 3 ou 4 personnages principaux. J’aimerais m’arrêter sur chaque personnalité mais l’article est déjà bien assez long comme ça. En même temps, vous vous doutez qu’avec un format de 51 épisodes beaucoup sortent du lot.

Tout d’abord, il y a le clan El Temur :

► A sa tête, le régent El Temur y exerce un pouvoir sans fin. J’ai adoré ce personnage ô combien cruel mais si bien écrit. Il représente parfaitement l’homme brave et vaillant qui s’est détourné de ses idéaux sous la pression du pouvoir et de l’argent. L’acteur Jeon Guk Hwan est juste énormissime dans ce rôle !

► Ses deux fils, Tankishi et Tap Ja Hae, sont évidemment affreusement barbares puisque bercés dans cette atmosphère lourde et oppressante. Tankishi est de loin le plus intéressant des deux, premièrement pour sa fascination pour Seung Nyang et deuxièmement pour sa relation de pouvoir/force avec son père.

► Enfin, Tanashiri, fille du régent et Impératrice de Yuan, est aussi vicieuse qu’irritable. Elle est détestable mais pour autant on se surprend à la comprendre. Le scénario donne de la profondeur à ce personnage et évite qu’il s’en tienne juste au rôle de « l’horrible méchante ».

Ensuite, le clan Bayan :

Bayan m’en aura fait voir de toutes les couleurs, il est l’un des personnages les plus intéressants à analyser moralement et psychologiquement. Plus ou moins fidèle, brave et plein de bonnes valeurs, il est lui aussi confronté au pouvoir et à l’argent. Bien que très différent à l’origine, des points communs avec El Temur émergent peu à peu.

► Mon gros coup de cœur revient à Tal Tal, le neveu de Bayan. D’un rôle vraiment secondaire, il s’affirme peu à peu comme personnage essentiel. Hormis qu’il soit beau et doté d’une voix ULTRA SEXY, il est – avec Wang Yoo, Roi de Goryeo – l’un des héros les plus droits du drama. Réel soutien pour Seung Nyang, je me suis surprise à vouloir qu’ils finissent ensemble ^^. Je me suis peut-être fait un film mais je l’ai senti mystérieusement fasciné par notre héroïne… Il est sans hésitation mon personnage masculin préféré, ce que je n’aurais jamais pensé au premier abord.

► Enfin, je ne m’étalerai pas sur la nièce de Bayan qui m’a agacée au plus haut point, mais sachez que je l’ai trouvé bien plus vicieuse et vipère – derrière ses airs angéliques – que Tanashiri.

Le clan des Eunuques :

Ce n’est pas vraiment un clan mais je vais regrouper tous les eunuques dans ce paragraphe.

► Le gros coup de cœur revient à Bang Sin Wu, le super eunuque de Wang Yoo qui change tout le temps d’apparence. Ce type est juste mortel et m’aura fait rire un nombre incalculable de fois ! Toujours dans le théâtre et l’exagération, il est aussi énormément attachant. Sa relation avec son Roi est belle et émouvante.

► Il y a ensuite Bul Hwa, l’eunuque de Seung Nyang ; Dok Man, l’eunuque de Goryeo toujours fidèle au poste ; et Mak-saeng, ancien eunuque de l’Empereur ; que j’ai sincèrement beaucoup estimés.

Pour finir, 5 personnages marquants :

Ki Ja Oh, père de Seung Nyang et commandant de l’armée de Goryeo, m’a beaucoup plu dans ses idées. Sa relation avec sa fille m’a également fait fondre comme un marshmallow géant.

Choi Mu Song, fidèle serviteur et compagnon d’armes de Wang Yoo, est saisissant par sa loyauté exemplaire envers son Roi.

La Reine douairière est un personnage controversé et très intéressant à analyser. Bien que je ne l’ai jamais vraiment aimée, elle ajoute une réelle plus-value à l’histoire.

Batolu / Yeon Bi Su a aussi été un réel coup de cœur. Tout comme Seung Nyang, c’est une fille qui a des couil*es, indépendante et qui sait se faire respecter. C’est une héroïne difficile à comprendre et dans ce sens très intéressante. Sa connexion avec Wang Yoo m’a beaucoup touchée et je me suis régalée à la suivre individuellement.

► Finalement, Yeom Byeong Su est peut-être l’homme de la série que j’ai le plus détesté ! Lui aussi il évolue énormément et, bon sang, ce que j’ai eu envie de le voir mourir ! Il n’est pourtant pas confiné dans un rôle de gros bat*rd sans cœur puisqu’on le voit par moment sous un angle très différent… Mais cela n’empêche qu’il m’a révolté. Cet acteur (Jeong Wung In) est vraiment magistral, il m’avait déjà sidéré dans I Hear Your Voice.



Petit mot de la fin

Empress Ki

Addictif. Perturbant. Passionnant.

Dans ce drama, il se passe toute une vie…

Le fait que ce soit tiré d’une histoire vraie – et romancé – donne encore plus de charme à la série. Je ressens un grand vide depuis que je l’ai finie, surtout que j’ai littéralement adoré la fin, à la hauteur des 51 épisodes. Empress Ki est mon premier « long » drama, ne vous arrêtez pas au nombre d’épisodes, ça s’enchaine tout seul !

Attention, la galerie ci-après comporte des SPOILS :

↓↓↓


9 réflexions sur “Empress Ki

  1. Aaaaaah … superbe article (bien plus lisible que le miens …. COMMENT arrives tu aussi bien à résumer les choses sans omettre les détails importants ? QUELLE EST CETTE SORCELLERIE QUI entoure ton écriture ? )

    Je suis en tout points d’accord avec toi (sauuuuuuufffff pour Batolu mais j’y reviendrai)

    Le fait que tous ces personnages sont tellement intéressants parce qu’on les fait exister totalement, et non pas JUSTE parce qu’il faut un « méchant », et qu’on arrive à comprendre quelque part pourquoi les « méchants » ont tourné « pas gentils » (huh .. un dico de vocabulaire svp )

    Et oui surtout le fait qu’on passe de  » O GOD FAITES QU’IL CRèVE CTENFLURRRRRREEE, BRULééééé dans les flammmeeees de l’ennnnnfFFFFEERRRRRR » à « NOOOONNN MEURS PAAAASSSSSSS t’étas pas gentil mais meurs paaaaaas » en quelques épisodes pour un seul et même personnage … mon pauvre cœur … il en garde encore des séquelles

    Bref donc oui, Batolu …. huh … pour le coup le fait que ce personnage ait un intérêt romantique pour le roi ça m’a vraiment gêné .. peut être que j’aurai pu apprécier le personnage sans cet intérêt qui pour moi n’ajoutait rien à l’histoire et existait juste pour combler le manque d’intérêt amoureux que recevait wang yoo durant une partie du drama, d’ailleurs tu es la première personne que je vois apprécier ce personnage ! Mais tant mieux, il en faut pour tous les goûts !

    BREF. LONGUE VIE à NYANG, qui dans mon cœur, JAMAIS ne périra !

    J'aime

    1. Ah ah merciiiii ! Pour être honnête, j’ai passé des heures et des heures à essayer d’organiser mes idées tant ce drama mérite un bel article ! Je crois que c’est celui sur lequel j’ai le plus galéré d’ailleurs ^^ En même temps, va résumer 51 épisodes quoi !

      Je me retrouve trop dans tes paroles, du « Faites qu’il crèèèèève » à « Oh oui mais en fait non je l’aime bien quand même et puis c’était-pas-un-si-gros-connard ». Comme toi mon pauvre petit cœur tout mou en a fait les frais…

      Je comprends pourquoi tu n’as pas apprécié Batolu du coup (et j’admets que ça ne me plaisait pas DU TOUT qu’elle ait des vues sur Wang Yoo –> Mais on est d’accord, ce personnage méritait tellement d’attention !).

      BREF, longue vie à Nyang, meilleure héroïne de dramaland !!

      J'aime

  2. Je suis TOTALEMENT d’accord avec toi !!! C’est vraiment incroyable qu’un drama avec ce nombre d’épisodes arrive à nou tenir en haleine ! Parce que j’avoue qu’avant de le commencer je me disais « ouh lalala c’est beaucoup 51 épisodes » (d’ailleurs je n’ai pas regardé d’autre drama avec autant !) !!!!! Mais les acteurs sont tellement FABULEUX, la romance superbe, les costumes, les décors, les intrigues… Un drama pour moi PARFAIT ! Chapeau bas !

    J'aime

  3. Au fait, tu as vu Dong Yi ? C’est l’un des meilleur drama historique que je connaisse, avec Painter of the Wind et maintenant Empress Ki. Dong Yi est la fille d’un traitre qui arrive à survivre en entrant sous un faux nom au palais comme servante et dont le roi tombe follement amoureux. Elle va monter en grade progressivement grace à ses connaisance en médecine et son acharnement à découvrir la vérité dans des affaires de corruption et va devenir une des femmes les plus importante de son époque. Tout comme Empress Ki et Painter of the Wind, c’est une version romancé de faits réel ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s